loading ...

 FR  US  Accueil

Tout sur René Follet




Fiche auteur de René Follet

René Follet
 René Follet est né à Bruxelles, le 10 avril 1931.
Il n'a guère plus de 14 ans lorsqu'il réalise ses premières images, une série de chromos illustrant le roman de Robert-Louis Stevenson, L'Île au trésor, pour une grande marque de chocolat.
Il dessine en outre pour la revue des Scouts de France, Plein Jeu.
À 18 ans, il collabore au journal Spirou.
Il y illustre des contes et récits, ainsi que diverses rubriques.
En 1950, toujours pour Spirou, il réalise ses premières bandes dessinées en mettant en images quelques Belles Histoires de l'Oncle Paul.
C'est la même année qu'il entame une collaboration avec les Editions du Lombard et le Journal Tintin.
Il y poursuit d'abord l'illustration commencée par Paul Cuvelier, d'un feuilleton western, puis y met en images quelques récits authentiques en 4 planches.
En 1956, tout en produisant de multiples illustrations pour divers éditeurs de livres et de revues, tout en continuant aussi de collaborer à Spirou et Tintin, il crée Peggy, petit oiseau sans ailes, une BD pour La Semaine de Suzette.
En 1967, sur des scénarios de Maurice Tillieux, il dessine S.O.S. Bagarreur pour Spirou.
En 1970, avec le scénariste Yvan Delporte, il crée Les Zingari pour Le Journal de Mickey.
Mais, en 1974, c'est Tintin qui publie sa première série réaliste à suivre, Yvan Zourine, scénarisée par Jacques Stoquart. Celui-ci adapte également pour lui L'Iliade d'Homère en BD (2 albums chez Glénat).
À partir de 1978, René Follet anime les aventures de Steve Severin dans le magazine hollandais Eppo (3 albums chez Glénat).
Dans les années 1980, pour Spirou, il reprend, avec Jacques Stoquart et André-Paul Duchâteau au sénario, la mythique série Jean Valhardi créée par Jijé et Doisy.
Il entame ensuite une collaboration avec les Éditions Lefrancq où il illustre les romans d'Henri Vernes, Bob Morane, et de John Flanders (alias Jean Ray), Edmund Bell.
Scénarisées par Martin Lodewijk, les aventures d'Edmund Bell donneront lieu à une BD dont il dessinera 4 albums.
En 1990, Loup Durand adapte son roman Daddy et lui confie la mise en images (2 albums).
Sa carrière volontairement discrète et surtout vouée à l'illustration de supports publicitaires, d'ouvrages documentaires et de romans, fera de René Follet le plus « célèbre méconnu » des grands maîtres du 9ème Art.
Épisodiquement, la passion de la BD le reprend cependant.
Ainsi, lorsque André-Paul Duchâteau lui demande d'illustrer la couverture de son livre Les Masques de cire sur la fameuse Mme Tussaud (Casterman), l'histoire le fascine tellement qu'il presse son auteur de l'adapter en bandes dessinées.
Il en résultera Terreur, un diptyque d'une rare beauté qui honorera la collection Signé du Lombard de deux nouvelles signatures prestigieuses.
Le premier tome de cette splendide BD réalisée en couleurs directes paraît en novembre 2002.

En septembre 2003, le Chambre belge des Experts en Bande Dessinée a attribué à René Follet le Grand Prix du Dessin pour Terreur.



1931-, BELGIQUE


 René Follet


Une de ses réalisations

Plus Fort que la Haine

Rayon : Albums (Drame), Série : Plus Fort que la Haine, Plus Fort que la Haine (Édition de Luxe)

Ce qu'en dit l'éditeur :

En 1933, Doug Wiston, véritable force de la nature et grand amateur de jazz, est un jeune travailleur noir dans une scierie de l’État de Louisiane.
Exploité du fait de sa force ...

  Suite ...

... herculéenne, il finit renvoyé pour avoir osé défendre son père, passé à tabac par Sanders, l’odieux patron raciste de l’établissement et membre du Ku Klux Klan. Sans travail, sans argent, prêt à tout pour venger l’honneur de son père, Doug se morfond dans un état de révolte : contre les injustices, contre Sanders, contre les Blancs. Il découvre ce sentiment étrange qu’est la haine…
Mais sur les conseils avisés d’un vieux musicien de jazz, il va finalement mettre à profit ce don que la nature lui a fait, sa formidable constitution, et devenir boxeur. Pour se venger du vieux Sanders, Doug utilisera les coups, certes, mais à travers la noble voie du sport, pas celle de la violence.


 René Follet


René Follet   a participé à


Plus de détail sur ces références >>

 René Follet